ban_1

ban_1

dimanche 18 juillet 2010

Fleuve Congo - Exposition Musée du Quai Branly - Partie 1


L'inauguration de ce blog se fera donc sous le signe de l'Afrique... En effet, c'est bien d'Afrique Centrale dont il est en ce moment question au Musée du Quai Branly et ce jusqu'au 3 octobre prochain, pour ceux qui craindraient la chaleur des foules estivales.

Placée sous le commissariat de François Neyt, moine bénédictin et historien de l'art, professeur émérite de l'université catholique de Louvain, l'exposition "Fleuve Congo" se donne pour objet l'aire culturelle bantoue, laquelle englobe le sud du Cameroun, l'Angola, le Gabon et les deux Congos. 


La problématique autour de laquelle s'articulent les quelques 170 oeuvres rassemblées interroge les correspondances formelles entre les arts des différentes cultures qui s'égrènent le long du fleuve Congo.

Révélant une véritable koiné cultuelle, les arts d'Afrique centrale sont ici appréhendés au travers de trois thèmes principaux : 


Les masques et statues ayant un visage en forme de coeur
Les gardiens de reliquaires et l'importance de la figure de l'ancêtre
Les représentations féminines


1. Les masques en coeur

Il convient tout d'abord de faire un bref petit rappel terminologique pour souligner que le terme de "masque" prend une acception particulière en contexte africain. En effet, dans ces cultures tribales le masque désigne la partie en bois sculpté (le visage, cimier ou heaume),  l'ensemble du costume (accessoires, parures, etc.) voire les danses et les chants qui accompagnent les sorties de masques.  Le masque n'a pas pour vocation de dissimuler l'identité mais est utilisé comme un support vivant et animé pour incarné un autre être (génie, animal mythique ou fabuleux).


"Les masques en forme de coeur sont des créations des peuples de la forêt equatoriales. Généralement en bois ou en ivoire, ils sont concaves ou taillés en méplat. La face cernée par la front et les joues dégage un espace en forme de coeur souvent couvert d'une teinture blanche, le mpemba." Ce terme renvoie explicitement au monde des ancêtres.

Les organes de communication, yeux et bouche, permettent d'entrer en communication avec le monde invisible : voir ce qui dépasse le visible et communiquer avec les esprits. 

Masque facial anthropomorphe, Lega
République Démocratique du Congo
Bois, pigments, fibres végétale
Musée Royal de l'Afrique Centrale, Tervuren, Belgique



Masque facial anthropomorphe, Ngil, Fang


Gabon
Bois, pigments
Musée Dapper, Paris

Ce type de visage épuré aura notablement influencé les artistes européens du début du XXe siècle ; on pense notamment à Matisse, Picasso ou encore Gauguin. 








Masque-heaume anthropomorphe, Ngontang, Fang
Gabon
Bois, pigments
Musée Dapper, Paris








Masque facial anthropomorphe, Fang-Kwele
Gabon
Bois, pigments, fibres végétales, métal
Collection particulière, Paris






Masque facial anthropomorphe enveloppé de cornes, Kwele
République du Congo
Bois, pigments
Musée du Quai Branly, Paris

Ce visage enveloppé de gigantesques cornes d'antilope permet au sculpteur d'invoquer les esprits bienveillants de la forêt (ekuk) et de réaffirmer la cohérence du groupe autour du culte fondateur du bwete.





Masque facial anthropozoomorphe à cornes auguleuses, Kwele
République du Congo
Bois, pigments polychromes
Museum d'Histoire naturelle, La Rochelle






Masque facial, Vuvi
Gabon
Bois, pigments polychromes
Musée Dapper, Paris





Effigie masculine de pendu, Mbole
République démocratique du Congo
Bois, pigments polychromes
Collection particulière, Belgique






Masque anthropomorphe, Lega
République Démocratique du Congo
Bois, pigments
Collection particulière, Belgique

Les masques Lega, grands ou petits, sculptés dans le bois, l'ivoire ou l'os, sont souvent couverts de teinture blanche. Ils sont portés sur  le visage, à l'arrière de la tête ou sur le côté, mais également tenus en main, placés sur les épaules, les coudes ou les genoux.

Masque, Lega
République Démocratique du Congo
Ivoire, pigments, argile blanche
Collection particulière, France


D'une extrême simplicité, les masques lega sont l'apanage des grades supérieurs du bwami, cette organisation qui, au sein des Lega, rassemble les initiés et leur attribue un rang. Cette organisation donne également les clefs d'interprétation des objets rituels : les signes sculptés varient selon les grades des membres auxquels ils sont destinés. 





Statuette masculine, Lega
République Démocratique du Congo
Ivoire
Collection particulière, France







Statuette de vieillard, Lega
République Démocratique du Congo
Ivoire, pigments
Collection particulière, Belgique





Masque janiforme, Bembe
République Démocratique du Congo
Bois, pigments polychromes
Collection particulière, Belgique













Et c'est ici que s'achève notre premier tour du propriétaire de cette exposition lénifiante et pleine de nouvelles formes propres à nourrir nos imaginaires... suite au prochain numéro ! 
D'ici là, promis, je glane de nouvelles infos sur les oeuvres ci-dessus présentées !

1 commentaire:

  1. Superbe mise en page!On attend la prochaine expo avec impatience!

    RépondreSupprimer

N'hésitez à me donner votre avis et à nourrir notre soif de connaissance !